Chicane #6. EDITO. L’accueil des migrants en région PACA

 » 60 millions, c’est le nombre de personnes déracinées dans le monde. Aussi nombreux que l’ensemble de la population française, ils sont réfugiés ou demandeurs d’asile. Persécutés en raison de leur religion, de leurs opinions politiques, ou de leur nationalité, victimes de la guerre ou menacés de mort, ces individus ont été contraints de quitter leur pays. A ce nombre s’ajoutent les migrants dits économiques, qui ont décidé de partir, en quête d’un avenir meilleur. Si les migrants se déplacent majoritairement entre pays du sud, certains d’entre eux atteignent l’Europe, et croisent parfois le chemin de la région PACA. Symbolisée par son chef-lieu Marseille, à la fois « capitale algérienne » et « comorienne », cette terre cosmopolite et accueillante incarne l’ouverture à la méditerranée. Dès le déclenchement de la crise migratoire, cette région « carrefour » a constitué un point de chute important pour les migrants passants par l’Italie proche ou les eaux méditerranéennes. Pour effectuer un périple parfois mortel, ils ont tout abandonné et se sont endettés. Parfois seuls à leur arrivée, ils sont plongés dans une précarité alarmante.
Pour les aider, associations ou simples citoyens se sont mobilisés en grand nombre, comme dans la Vallée de la Roya. Et à l’image de Cédric Herrou, certains vont jusqu’à désobéir à une loi jugée injuste, entrant dans l’illégalité au nom de la morale. Symboles d’une solidarité qui perdure en France, ils témoignent aussi des carences de l’Etat, qui a pourtant fait des droits de l’Homme un principe fondateur. Dans un pays qui traverse inégalités et divisions, les crispations identitaires montent un peu plus chaque jour, faisant du rejet des migrants la solution à tous les problèmes. La région PACA n’échappe pas à ces évolutions, offrant des succès électoraux aux discours anti-migrants qui proposent la fermeture des frontières dans une région pourtant historiquement construite sur l’échange.

A travers ce Chicane, nous souhaitons nous pencher sur les conditions d’accueil des migrants qui foulent le sol provençal. Nous aspirons, à chaque page dépliée de ce journal, à apaiser un débat devenu conflictuel, aborder les contours d’un problème complexe souvent généralisé, et comprendre, que derrière les chiffres des migrants, se trouve une question qui fait appel à notre humanité. »

Inès Gil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s