Les billets magiques du chalet de Barbiche

 

Depuis fin novembre, une cinquantaine de chalets sont apparus sur le Cours Mirabeau d’Aix-en-Provence pour former un marché de Noël où l’on y trouve tout et son contraire. Depuis 14 ans, un chalet s’est fait une place de marque entre les calissons et les santons. Avec une fréquentation loin d’être à son apogée durant la journée, celui-ci arrive à susciter continuellement la curiosité des passants. Son secret ? Utiliser la magie pour attirer.

15503017_10211405069628528_1979814238_o
Le magicien

« Il est bon ce mec, il est bon », « c’est fouon comprend toujours rien », les phrases des passants s’enchainent devant le chalet de Barbiche. L’homme est loin d’être un illustre inconnu dans la région, ses spectacles de magie ont fait le tour des classes de maternel comme des maisons de retraite. Son look façonne son personnage : des cheveux en pétard et une longue barbichette accroché sur le bout du menton.

Les minutes défilent, personne n’arrive à avoir le déclic, celui qui permet de comprendre la supercherie. Les démonstrations gratuites, elles, se succèdent devant les sourires des enfants et des plus grands. Derrière les nombreux tours de magie proposés, un véritable modèle économique est en jeu. De la curiosité gratuite à la révélation payante, des étapes bien précises sont là pour convaincre le passant lambda de sortir son portefeuille afin d’acheter l’attirail nécessaire et devenir à son tour magicien.

 

La foule attire la foule. Barbiche et Clément, son assistant, l’ont bien compris. Sans alpaguer les passants, ils doivent capter l’attention des quelques riverains et touristes pour qu’ils s’arrêtent l’espace de quelques minutes devant leur devanture. Rien de bien méchant, regarder est entièrement gratuit. La bonne humeur règne au dessus du chalet, les enfants sont accoudés au stand, bouche grande ouverte. Les parents et les adolescents sont à l’arrière, les yeux plissés à la recherche du moindre mouvement suspect. Différents objets : cartes, dés ou pièces sont exposés à la vue de tous. Des prix sont indiqués en dessous de chacun, généralement entre 10 et 26 euros. Sans l’inciter, le passant prend connaissance de la somme à verser pour pouvoir reproduire les tours de magie une fois rentré chez lui.

 

« Comme il y a beaucoup d’adolescents, je vais faire un tour pour vous les jeunes, je l’appelle Biactol, le tour de poche par excellence ». Accroche réussie, Barbiche vient de susciter la curiosité, la mise en scène peut débuter. L’important pour lui est de « rendre la magie sympa », il faut donc une bonne histoire et une certaine dose d’humour pour faire sourire avant de surprendre.

Le magicien doit savoir qui se trouve en face de lui, observant les va-et-vient et discutant avec chaque personne croisant son regard. Il n’hésite pas à jouer de son accent bien français quand il fait l’un de ses tours aux touristes anglophones. Pour ce qui est de l’âge « le tour Pompons et Gobelets marche bien avec les 6-7 ans, les dés caméléons sont notre best-seller chez les 8-10 ans, Radio est parfait pour ceux qui jouent au poker, sinon le Dynamic Coin marche pour tous les âges », explique Clément à l’intérieur du chalet.

 

Clément, justement, à un rôle bien particulier, remplaçant de Barbiche lors des ses pauses mais avant tout l’homme de l’ombre. Il est celui qui explique la magie d’une combine à ceux dont les nerfs craquent, voulant absolument avoir ce déclic contre un ou deux billets. Bryan, accompagné de ses parents, vient voir le magicien depuis 4 ans pour « chercher la magie ». Cette année, il a été ébloui par le Woaw, un tour permettant de téléporter une carte à la place d’une autre. Après 10 minutes de démonstration, ses parents ont décidé de lui offrir ce tour comme cadeau de Noël. Rien de bien sorcier, la solution était sous ses yeux, encore fallait-il savoir où regarder. Des jeunes et des moins jeunes succombent chaque jour à la tentation, seuls les enfants ne peuvent acheter directement les tours. Pour cela, il faudra convaincre les parents de mettre la main à la poche, dommage « si les gamins avaient un portefeuille on serait riche » conclut Clément.

 

Sébastien Roux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s