L’agora, plume citoyenne du gabian de Marsactu

gabian-rouge

Fort de ses 1500 abonnés, Marsactu, pure player local en région marseillaise, offre un espace d’échange ouvert à tous dans le but de stimuler l’expression citoyenne. À l’image de l’agora dans la Grèce antique, les internautes peuvent intervenir sur toutes sortes de sujets. Mais sont-ils réellement entendus derriére leur écran ?

Placé à droite de l’onglet « Le journal », « L’agora » est immédiatement perceptible à l’oeil quand on arrive sur la plateforme de Marsactu. Côté pile, les articles parus dans « Le journal » sont réservés aux cinq journalistes de la rédaction, garant d’une légitimité certaine dans le travail d’enquête. Côté face, les billets de blog permettent à tous les lecteurs d’exprimer leur point de vue sur un sujet pas forcément traité par la rédaction. Mieux qu’un simple commentaire en fin d’article, ces acteurs de la société sont invités à créer du contenu et à susciter le débat.

L’agora, késako ?

Basée sur une logique de contre pouvoir au niveau local, on y trouve de nombreuses critiques. Principalement sur l’aménagement de l’espace métropolitain, le fonctionnement des assemblées politiques ou encore sur des controverses dans l’ére du temps (Villa Méditérranée, Burkini). Des arguments sont formulés et les commentaires permettent de peser le « pour » et le « contre ». Les propositions fusent. Seulement, à la différence des articles écrits par la rédaction, les politiques ne sont pas encore venus répondre à ces billets de blog via des commentaires, donnant l’impression que le cris citoyen du goéland leucophée n’arrive pas à percer le mistral des institutions locales.

Cette impression se confirme par le nombre de personnes prenant la plume : pour la première quinzaine d’octobre, 8 billets de blog ont été publiés par l’équipe de Marsactu. Présent également dans l’agora, un récent partenariat avec le journal Ventilo est sur la même période de temps à l’origine de 12 papiers sur des « idées de sortie ».

agora

Clémentine Vaysse, journaliste à Marsactu et responsable de l’agora, explique cette initiative par la volonté de « mettre en place un agenda culturel collaboratif, les billets de blogs les plus pertinents seront eux épinglés sur la page principale de l’agora afin de hiérarchiser les informations. »

Statistiquement, les lecteurs n’ont pas encore suffisamment pris l’habitude de commenter les billets directement sur le site, préférant souvent laisser un commentaire plus virulent et moins constructif sur le lien Facebook.

Les auteurs de ces billets n’ont pas de ligne éditoriale à suivre. Le contenu pouvant être dans certains cas partisan et pas toujours fiable à 100%. La rédaction précise d’ailleurs dans la charte de l’agora que seul les auteurs sont responsables de leurs propos.

Tout en restant relativement méconnu, ce genre d’initiative permet de faire émerger de nouvelles propositions et mérite clairement sa place dans Marsactu. Médiapart, son équivalent à l’échelle nationale, n’hésite d’ailleurs pas à mettre en lumière son « agora » sous forme de blogs pour donner la parole à d’autres acteurs de la vie quotidienne. Il reste désormais aux internautes de réellement s’emparer de cet espace pour comme le dit le célèbre adage d’Albert Londres « porter la plume dans la plaie ».

Sébastien Roux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s