Point de vue : Interview Laurent Mucchielli

Laurent Mucchielli, sociologue spécialisé dans la délinquance et les politiques sécuritaires a créé en 2011 l’Observatoire régionale de la délinquance et des contextes sociaux basé à Marseille. Bien qu’il ne prétende pas être “spécialiste de la sociologie des médias”, il affirme que l’on est “obligé de s’y intéresser” lorsqu’on étudie un sujet comme la délinquance.

220px-laurent_mucchielli
Que pensez-vous de la façon dont les médias traitent le sujet des banlieues aujourd’hui ?
Le traitement médiatique des banlieues épouse le point de vue de l’élite qui regarde les milieux populaires. C’est un regard apeuré d’autant que les médias ne vont dans ces espaces que pour les faits-divers. L’image globale qui est véhiculée est donc celle de l’élite accentuée par le traitement des catastrophes notamment à travers les chaines d’information en continu qui marquent une évolution importante dans l’univers des médias.
Selon vous, quelle est la place du journaliste dans la création de ce phénomène de stigmatisation ?
Le journaliste n’invente rien puisque son travail est justement de commenter des événements. Aujourd’hui, il y a de plus en plus de journalistes de bureau qui travaillent principalement à partir des dépêches AFP, d’un téléphone et d’un ordinateur. Il arrive parfois de trouver dans les médias des erreurs récurrentes notamment concernant les chiffres. Cela s’explique principalement par le fait que le journaliste doive travailler dans la rapidité, avec une forte dépendance aux sources et que les médias soient dans un phénomène de mimétisme avec leurs concurrents.
Apparaissent alors des phénomènes de mode qui ne sont pas obligatoirement révélateurs d’une hausse des comportements de délinquance. Cela a été le cas à l’approche des présidentielles de 2012. Beaucoup de médias se sont mis à traiter la question des règlements de comptes à Marseille sans pour autant que ce soit liée à une augmentation de leur nombre. Cela correspondait simplement à l’agenda politique des candidats en visite.
Le traitement médiatique des banlieues peut-il avoir un effet sur le comportement des jeunes et leur rapport à la délinquance telle une prophétie autoréalisatrice ?
C’est une question difficile car on ne sait quasiment rien sur la réception du message médiatique et de son impact sur les comportements. Mais, en ce qui concerne la délinquance, nous pouvons noter que certains jeunes délinquants peuvent se revendiquer “délinquants de Marseille” sous-entendu “pire que les autres”. C’est effectivement une façon de réagir aux stigmates pour se sauver la face.

Propos recueillis par Sara Gaujour

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s